Hambourg 2007 : Quand Roger Federer infligeait un 6-0 à Nadal sur terre !

Le maestro Roger Federer est de retour sur terre battue cette semaine au tournoi de Madrid. L’homme aux 20 titres en Grand Chelem n’avait plus foulé la surface ocre depuis 2016 et une élimination à Rome contre Jo-Wilfried Tsonga. Roger Federer et la terre battue, c’est un titre à Roland-Garros en 2009, plénitude d’une carrière à laquelle manquait cruellement le titre aux Internationaux de France. La terre battue pour Roger Federer, c’est aussi un ultime défi contre celui qui l’a tant martyrisé sur la surface : Rafael Nadal. C’est sans doute cette quête perpétuelle de défi qui fait dire à l’Helvète – en marge de son retour à Madrid – qu’il « adorerait rejouer contre Rafa sur terre battue, même si c’est un défi difficile. » Pourtant, Roger Federer a battu plusieurs fois l’ogre de la terre dans son jardin, notamment au tournoi de Hambourg en 2007, année où il lui infligeait un 6-0. Retour sur ce match.

Il y a douze ans encore, le tournoi de Hambourg était bien plus prestigieux qu’il ne l’est aujourd’hui… Relégué au rang d’ATP 500 en 2009, il faisait partie, jusqu’en 2008, du circuit des Masters Series et se situait bien plus tôt dans le calendrier, entre le prestigieux tournoi
de Rome et les Internationaux de France de Roland-Garros.

Le Center Court d’Hambourg est connu pour une particularité, il possède en effet l’un des premiers toits rétractables, si ce n’est le premier, de tout le circuit. Construit entre 1997 et 1999, on peut y déployer une structure en tissu qui fait office de toit en temps pluvieux.

Le toit du Stade Rothembaum, construit en 1999, précurseur sur le circuit. Ici ouvert, il permet de continuer à jouer sous la pluie (photo : ATP).

Hambourg, c’était donc une compétition où les meilleurs se déplaçaient, et en 2007, quelle plus belle finale les spectateurs pouvaient-ils espérer que celle opposant Roger Federer à Rafael Nadal ? Cette année-là, la rivalité Federer-Nadal bat son plein, les deux « légendes » toujours en activité du tennis en 2019 occupent déjà les deux premiers rangs mondiaux. Roger Federer compte alors déjà dix titres du Grand Chelem à son actif (4 Wimbledon, 3 Open d’Australie et 3 US Open) et règne sur la planète tennis… Le maestro a en effet commencé la saison sur les chapeaux de roue, remportant 12 victoires de suite entre l’Open d’Australie et Dubaï. Mais depuis deux ans, un « caillou » s’est placé dans la chaussure de l’Helvète, un jeune Espagnol, âgé de 20 ans cette année-là, un certain Rafael Nadal, qui balaie tout sur son passage quand il s’agit de terre battue.

Avant le tournoi, le jeune Espagnol reste sur 77 victoires de rang sur la surface (81 avant la finale), un chiffre hallucinant, il a remporté les deux dernières éditions de Roland-Garros, privant à deux reprises Roger Federer de décrocher le dernier titre du Grand Chelem manquant à son palmarès gargantuesque. En 2005, c’est d’abord en demi-finale que Nadal avait dominé le Suisse, s’imposant 6-3 4-6 6-4 6-3. L’année suivante c’est en finale que le Toro de Manacor avait dominé Roger, sur le score de 1-6 6-1 6-4 7-6 (4). 2006, année où Federer avait sérieusement inquiété Nadal pour la première fois sur terre battue, dans une finale inoubliable à Rome.
Ce jour-là, l’Helvète n’avait pu convertir deux balles de match et s’était finalement incliné 6-7 7-6 6-4 2-6 7-6. 5 heures et 5 minutes de jeu, à ce jour encore la confrontation la plus longue entre les
deux hommes.

Aucun risque que la finale de Hambourg 2007 soit aussi longue. Cette année là, les finales de Masters Series ne se jouent plus au meilleur des cinq sets. Federer a connu un parcours difficile pendant le tournoi… il faut dire qu’il s’est heurté à des spécialistes de la surface ocre, quatre matchs où il a d’abord dominé l’Argentin Juan Monaco facilement, avant de marcher sur l’Espagne, ancien vainqueur de Roland-Garros, Juan Carlos Ferrero, puis enchaînant deux victoires en trois sets face à David Ferrer et Carlos Moya en demi-finale. Nadal n’a lui connu qu’une seule partie difficile, en demi-finale contre Lleyton Hewitt, où il a été mené un set à rien (2-6 6-3 7-5). Il avait auparavant facilement dominé le vétéran Oscar Hernandez, Igor Andreev (le dernier joueur qui l’avait battu sur terre, à Valence en 2005, 7-5 6-2) et le fantasque mais tellement talentueux Chilien, Fernando Gonzalez, l’homme au coup droit de feu.

Rafael Nadal est bien sûr le favori en entrant sur le court, et la tendance se confirme d’emblée. L’Espagnol, impose son rythme et se montre très agressif, prend le service du Suisse dès le
troisième jeu. Une domination maintenue tout au long de la manche, grâce à un superbe point, Nadal prend une nouvelle fois l’engagement de son adversaire. Un ultime revers dans le filet
de Roger Federer et Rafa vire en tête, 6 jeux à 2. Les observateurs furent sans doute encore une
fois résignés à ce moment, Nadal, qui a remporté les cinq premiers duels contre Federer sur terre
battue (7-3 au total alors), va une nouvelle fois filer vers la victoire.

C’est alors que la partie va « tourner », Federer élevant son niveau de jeu et, sauvant admirablement deux balles de break à 1-1 dans la seconde manche, il ne perdra ensuite plus qu’un seul jeu… Jouant son meilleur tennis, Federer inflige même un 6-0 à un Nadal sans doute émoussé dans le troisième acte, offrant au public de la cité portuaire allemande un point extraordinaire à 3-0 15/0 dans le dernier set (vidéo). Un dernier coup droit de Rafael Nadal dans le filet (vidéo), Roger peut pousser un cri de soulagement, il s’impose 2-6 6-2 6-0 !

Roger Federer ajoute un quatrième titre à Hambourg à son palmarès, c’est aussi son treizième trophée en Masters Series. Il met fin de brillante manière à la prodigieuse série de 81 victoires de suite pour l’Espagnol sur terre battue. Une victoire riche de significations pour le maestro, capable enfin de battre son rival sur la terre battue. Un succès qui lui offre de belles perspectives et des espoirs à une dizaine de jours de Roland-Garros. Federer n’a désormais plus vraiment de raisons de nourrir des complexes face à l’Espagnol sur la surface ocre.

Mais une victoire qu’il faut relativiser tant Nadal a semblé fatigué. C’est d’ailleurs lui qui s’imposera encore trois semaines plus tard, en finale des Internationaux de France de Roland-Garros. Une nouvelle fois opposé à Federer en finale, Nadal s’imposera sans véritablement trembler – 6-3 4-6 6-3 6-4 – l’heure du triomphe de Roger Federer porte d’Auteuil n’était pas encore arrivée…



Catégories :ATP, Rétrospectives

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :