Lucie Safarova, demain, c’est aujourd’hui

Difficile de décrocher lorsqu’on a dédié toute sa vie à sa passion, Lucie Safarova en sait quelque chose. A 32 ans – depuis le 4 février -, la Tchèque s’apprête à ranger les raquettes au grenier. A vrai dire, ce devrait être le cas depuis une semaine [30 avril]. Invitée à disputer le tournoi de Prague (International) qu’elle a remporté en simple en 2016 et alignée au côté de sa compatriote Barbora Štefková, elle s’est inclinée dès le premier tour [huitièmes de finale] malgré deux balles de match. Seulement voilà, un dernier match en entraîne parfois un autre…

Dans la foulée, l’ancienne 5e joueuse mondiale a réitéré son intention de disputer pour la dernière fois le Grand Chelem parisien (26 mai au 9 juin), avec sa partenaire et amie Bethanie Mattek-Sands. Porte d’Auteuil, Lucie Safarova a connu quelques unes de ses plus belles victoires mais également sa plus grande défaite. Titrée à deux reprises avec l’Américaine aux chaussettes toujours fantasques, la Tchèque a touché du bout des doigts la Coupe Suzanne Lenglen l’année de leur premier sacre, soit 2015. Avant de s’incliner contre Serena Williams (3-6, 7-6 (2), 2-6).

05TENNISweb1-articleLarge

Crédit photo : @WTA

Retombée à la 129e place mondiale, la native de Brno, ville du Sud-Est de la République Tchèque, ne se fait guère d’illusion quant à l’attribution d’une wild-card en simple après une année 2018 quasi vierge (seulement onze tournois disputés), au terme de laquelle elle avait annoncé vouloir mettre un terme à sa carrière au début de l’année suivante, à savoir à l’Open d’Australie. Une blessure au poignet l’en ayant empêchée, la Tchèque avait alors naturellement choisi Prague pour faire ses adieux au tennis. Ovationnée par son public dimanche avant la finale, la joueuse aux sept titres en simple et quinze en double – dont cinq titres du Grand Chelem – n’a pu contenir l’émotion qui la submergeait. Avant d’annoncer à la presse prolonger un peu le plaisir.

59079219_2242036639172676_8404809050432208896_o

Credit photo : @WTA

Comme le symbole d’une joueuse appréciée par ses « collègues » du circuit WTA, il s’est avéré que Lucie Safarova, initialement invitée à disputer le tableau en simple dans la capitale tchèque, avait renoncé à son invitation, au profit de sa compatriote Karolina Muchova, 22 ans. L’Histoire raconte que cette dernière a par la suite disputé la première finale de sa carrière, faisant son entrée dans le Top 100 (74e au lundi 06/05). « Je n’étais pas prête à 100%. Mon niveau ne me convenait pas. Karolina [Muchova] a été excellente en Fed Cup. Priver une joueuse émergente d’une wild-card aurait été incorrect. » (propos relayés par iSport) Lucie Safarova, demain, c’est aujourd’hui.



Catégories :Portraits, WTA

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :