Quand Rafael Nadal sortait son idole à 16 ans…

Un match bien particulier pour Rafael Nadal en 2003 à Hambourg (photo : @ATP)

Voilà maintenant 14 très longues années où Rafael Nadal domine le circuit masculin sur sa surface, la terre battue. En plein tournoi de Rome cette semaine- où il avait démontré tout son talent et toute sa hargne lors de la finale 2005 contre Guillermo Coria – l’occasion est belle de revenir sur un très grand match fondateur sans doute pour le jeune joueur, disputé en 2003 au tournoi de Hambourg.

Jouer Carlos Moya à 16 ans, un moment sans doute très particulier pour le jeune Rafael Nadal. Les deux hommes sont en effet originaires de l’île de Majorque et l’aîné Moya représente sans doute un modèle pour le jeune homme. Il est vrai que Carlos Moya, quatrième mondial en entrant sur le terrain, a décroché en 1998 le graal pour tout joueur espagnol, c’est-à-dire remporter Roland-Garros. En mai 2003, Rafael Nadal est un tout jeune joueur qui n’a pas encore 17 ans, mais l’on commence déjà à parler de lui… Au tournoi de Monte-Carlo quelques semaines auparavant, Nadal a déjà réalisé un exploit en dominant le dernier vainqueur de Roland-Garros, Albert Costa, alors septième mondial, il l’avait d’ailleurs fait sans vraiment trembler, s’imposant 7-5 6-3. Un peu plus tôt encore, Nadal avait décroché son premier Challenger à Barletta, battant Albert Portas en finale, 19e mondial en 2001 et titré à Hambourg la même année, avec une victoire en cinq sets sur Juan Carlos Ferrero en finale.

C’est donc une étoile montante qui entre sur le court, un jeune homme de 17 ans – 87e mondial –
désormais installé dans le 100. Mais le défi s’annonce de taille contre le glorieux aîné, qui s’annonce une nouvelle fois comme un des favoris pour les Internationaux de France qui s’approchent. Carlos Moya a réalisé un bon début de saison, titré à Buenos Aires – avec des victoires sur Gustavo Kuerten et Guillermo Coria – et à Barcelone, où il a battu Marat Safin en
finale. Moya s’est aussi illustré avec une finale perdue à Miami contre le numéro 2 mondial, Andre Agassi. Mais bien sûr, le fait d’arme majeur de Moya, et qui impose sans doute le plus grand respect au jeune Rafael Nadal, c’est le titre obtenu à Roland-Garros en 1998.

Cette année-là, âgé de seulement 21 ans, Carlos Moya avait dominé Marcelo Rios – 4ème mondial en quarts de finale (6-1 2-6 6-2 6-4), puis Felix Mantilla en demie et enfin, il avait remporté la finale très sereinement contre Alex Corretja, 6-3 7-5 6-3. Arantxa Sanchez sacrée en simple la même année, le tennis espagnol – déjà titré deux fois à Roland-Garros en 1993 et 1994 grâce à Sergi Bruguera – s’affirmait de plus en plus, mais le jeune homme opposé à Carlos Moya dépassera plus tard tous ses glorieux aînés…

Un jeune homme qui n’a pas vraiment froid aux yeux face à son aîné Majorquin. Vainqueur de Paul-Henri Mathieu au premier tour (7-5 6-4), le début de match est très équilibré, les fondamentaux du jeu de Rafa sont déjà là, malgré son jeune âge. Nadal offre au public une superbe amortie (vidéo) après un gros combat de fond de court. Un magnifique passing en coup droit – à 2-3 40/15 – provoque une nouvelle fois les applaudissement nourris du public hambourgeois, un point suivi d’un superbe revers gagnant. Le cadet des deux Majorquins impose sa puissance et remporte la première manche grâce – notamment – à un superbe lob (vidéo), magnifiquement inspiré. Un dernier coup droit dans le couloir de Carlos Moya, Nadal créé la sensation et s’impose 7-5 6-4.

Une victoire riche en symboles. Au tour suivant, il ne pourra rien faire contre Gaston Gaudio, l’Argentin – 29e mondial – s’impose très facilement 6-2 6-2. Ce dernier remportera Roland-Garros l’année suivante. Pour Nadal, cette victoire le fait progresser au classement, grâce aux 90 points il est 76ème mondial la semaine suivante. Pour sa première participation à un tournoi du Grand Chelem – à Wimbledon – il réalisera un parcours remarquable, sortant d’entrée le Croate Mario Ancic en quatre manches, puis un Britannique – Lee Childs – avant de s’incliner contre le 11e mondial, le Thaïlandais Paradorn Srichaphan, 6-4 6-4 6-2. La longue histoire entre Carlos Moya et Rafael Nadal ne fait que commencer, les deux hommes se croiseront 7 fois encore sur le circuit. En 2016, Carlos Moya deviendra l’entraîneur de Rafa… dont il n’est pas besoin de rappeler la carrière ! Des affrontements entre les deux rivaux – et amis – on retiendra surtout la demi-finale du tournoi de… Chennai en 2008. Ce jour-là, Nadal et Moya vont se livrer un duel explosif, remporté 6-7 7-6 7-6 par Rafa.



Catégories :ATP, Rétrospectives

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :