Un vent breton souffle sur l’ocre parisienne

Ils étaient 98 dont neuf français à inaugurer l’édition 2019 de Roland Garros. Les qualifications, l’histoire d’un combat d’une semaine où les joueurs se battent corps et âme dans l’arène de la Porte d’Auteuil, afin d’y décrocher les seize sésames du tableau final. Huit Français ont passé le premier tour : Tatlot, Muller, Denolly, Martineau, Gaston, Benchetrit, Cornut-Chauvinc et Manuel Guinard. Ce dernier, produit de formation bretonne, gravît les échelons entre vents et marées.

On dit que les destins s’écrivent souvent lors des jeunes années. Manuel Guinard, 23 ans incarne le tennis brétilien de demain. Baigné dans le sport depuis tout petit, c’est sa maman qui lui a donné le virus de la balle jaune

Elle m’a transmis le goût du tennis, c’est certain. J’étais branché tennis et basket, petit, j’ai du choisir entre les deux. Ce fut le tennis que j’avais démarré à l’âge de quatre ans. 

Manuel Guinard, Roland Garros 2019, Simple Garcons, Qualifications

Loin des Nadal, Djokovic, Federer et autres icônes du tennis mondial, « Manu » écume le circuit Challenger en quête de points mais aussi de confiance pour progresser.  «  La vie de joueur de tennis n’est pas simple et les dépenses sont multiples tant que vous n’êtes pas dans le TOP 100 »

En effet entre déplacements, hébergements, nourriture, matériels, taxes, impôts, une année sur le circuit monte l’addition à près de 20000 euros. Une somme conséquente qui peut impacter le moral du joueur. «  Cette gestion financière, ce n’est pas simple pour être à 100% dans le jeu ».

Une stabilité professionnelle vient grâce aux résultats. Auteur d’une grande performance face à Ernest Gulbis à l’édition 2018 de l’Open de Rennes, Manuel Guinard attire de plus en plus l’œil des sponsors. Un cercle vertueux qui commence à prendre autour du jeune homme pour rendre plus simple cette vie de voyages et de rebonds.

Manuel Guinard, invité par la fédération lors de ces internationaux de France 2019 à plus qu’honorer son sésame. Victorieux de Lukas Lacko, un joueur classé 252 rangs au dessus de lui, « Manu » à déjoué les pronostics. Doté d’un morphotype peu en adéquation avec la terre battue, le breton d’1m96 est au deuxième tour des qualifications de Roland Garros : « Je n’ai pas vraiment de mots. Je joue au tennis pour jouer ce genre d’événements, ce genre de joueurs forts. »

Son destin en jaune continue de s’écrire sur la terre battue parisienne, celle qui fait tant rêver les tennismen tricolores.



Catégories :Portraits

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :