Ashleigh Barty : et maintenant, la première place mondiale ?

Certainement plus ouvert qu’il ne l’a jamais été, le circuit féminin a couronné à Roland-Garros une neuvième joueuse différente sur les dix derniers tournois du Grand Chelem. Alors qu’une hiérarchie semblait s’installer au sommet du classement WTA après le doublé de Naomi Osaka, titrée à l’US Open puis à l’Open d’Australie en janvier, ravissant du même coup la place de numéro une mondiale à Simona Halep alors que celle-ci l’avait conservée près d’un an (48 semaines) ; la Japonaise rencontre une période de turbulences depuis son titre australien. Et une joueuse est désormais à sa poursuite… Auréolée à 23 ans de son premier titre du Grand Chelem à l’issue d’une finale inédite et maîtrisée où elle était opposée à la jeune Tchèque Marketa Vondrousova (6-1, 6-3) et sur son premier essai, Ashleigh Barty a grimpé à la deuxième place du classement. Et la jeune femme à la carrière atypique a désormais les yeux rivés sur la première marche mondiale!

Lors de la cérémonie protocolaire le 8 juin à Roland-Garros. (Crédit photo : @WTA)

Après s’être octroyée un repos bien mérité la semaine dernière alors qu’elle était tenante du titre à Nottingham (International), l’Australienne reprend du service ce mardi, à Birmingham (Premier). Tout comme l’actuelle n°1 mondiale! Une semaine qui pourrait à nouveau bousculer la hiérarchie au sommet du classement puisque la native du Queensland pourrait devenir la 27e numéro un mondiale de l’histoire du classement WTA (institution crée en 1973). C’est par ailleurs la première fois dans l’histoire du tournoi anglais que la n°1 et n°2 mondiale sont alignées!

Au classement de ce lundi [17/06], 252 points séparent la Japonaise de l’Australienne. L’objectif de la saison sur gazon est donc clair pour Ashleigh Barty, titrée à Wimbledon chez les Juniors en 2011 (à 15 ans). « Évidemment c’est la prochaine étape, le prochain objectif. » Que Naomi Osaka se rassure : si « Ash » veut y parvenir dès cette semaine, il lui faudra au moins atteindre la finale dans la deuxième ville d’Angleterre. Et si la numéro une mondiale franchit le premier tour (elle affronte Maria Sakkari), l’Australienne devra impérativement remporter le tournoi. Pour retrouver une Australienne à la tête du classement WTA, il faut remonter jusqu’en 1976. Evenne Goolagong (sept titres du Grand Chelem) avait alors ravi sa place à Chris Evert pendant deux petites semaines entre avril et mai. Une accession seulement reconnue en 2007 par la WTA, coupable d’un mauvais comptage. Nul doute que si elle ravissait sa place à Naomi Osaka, que ce soit cette semaine ou plus tard, l’accession d’Ashleigh Barty au sommet de la hiérarchie mondiale ferait donc grand bruit en Oz. En dernière rotation sur le Ann Jones Centre Court, l’Australienne débutera face à Donna Vekic, finaliste malheureuse à Nottingham dimanche.



Catégories :Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :