Simona Halep : « chill », un Grand Chelem tu remporteras

Samedi 13 juillet 2019. 15h en France, 14h à Londres. Simona Halep s’apprête à faire son entrée sur le Center Court de Wimbledon pour y défier Serena Williams, septuple vainqueur sur le gazon britannique, finaliste sortante et à une longueur d’égaler Margaret Court, qui détient le record ultime du nombre de titres remportés dans les tournois du Grand Chelem (24). Une montagne à gravir ? Vous ne croyez pas si bien dire. Lorsqu’elle entre sur le Center Court pour la troisième fois de la quinzaine, la Roumaine traîne derrière elle neuf défaites pour seulement une victoire contre l’Américaine. Huit ans après leur premier duel, les deux anciennes numéro un mondiales s’apprêtent à se disputer la Venus Rosewater Dish. Devinez où leur premier face à face avait eu lieu. Sur le même site où elles sont sur le point de se disputer le titre. En 2011 sur le Court n°2, la tenante du titre Serena Williams avait été poussée en trois sets au premier tour par une jeune roumaine de 19 ans, Simona Halep, qui disputait son premier tableau final à Wimbledon. L’Américaine, qui n’avait alors « que » treize majeurs à son palmarès s’en était sortie 3-6, 6-2, 6-1 après près de deux heures de jeu.

En 2011, Serena Williams et Simona Halep, 19 ans, s’affrontent pour la première fois. A Wimbledon. (Crédit photo : @Wimbledon)

Depuis, la gamine a bien grandi. Elle a souffert en Grand Chelem, beaucoup. Trois finales perdues entre 2014 et 2018, notamment à Roland-Garros en 2017 où, après avoir mené un set, 3-0 face à Jelena Ostapenko, la Roumaine avait sombré. Mais, épaulée de son coach Darren Cahill, Simona Halep avait fini par décrocher ce titre qui manquait tant à sa carrière. Menée un set à rien par Sloane Stephens en finale Porte d’Auteuil en juin 2018, la native de Cluj avait fini par enfin lever les bras au ciel sur le court Philippe Chatrier. « Je rêve de ce moment depuis que j’ai commencé le tennis. Roland-Garros est mon Grand chelem favori. J’ai toujours dit que si je ne devais gagner qu’un seul Grand chelem, je voulais que ce soit celui-là. Ce rêve est devenu réalité. » (propos disponibles sur le site officiel du tournoi). Handicapée par une hernie discale et à bout de forces, Simona Halep avait dû couper court à sa saison début octobre et « sécher » le Masters de Singapour.

Simona Halep lors de son sacre à Roland-Garros en 2018 (Crédit photo : @RolandGarros)

Début janvier, alors qu’elle avait annoncé deux mois auparavant mettre un terme à sa collaboration avec Darren Cahill, lequel souhaitait consacrer du temps avec sa famille, Simona Halep avait annoncé vouloir faire de 2019 une année « chill » (comprendre « se détendre »). Un essai non concluant sur le plan humain avec Thierry Van Cleemput plus tard et malgré une finale disputée à Doha dès leur premier tournoi commun, c’est seule que Simona Halep évolue depuis sur le circuit. Sans que l’Australien ne soit jamais bien loin. Loin de réaliser une contre-saison (huitième de finale à l’Open d’Australie, quart de finale à Roland-Garros, deux finales sur le circuit WTA), la Roumaine avait tenu à clarifier ses propos sur son année « chill » en début de quinzaine britannique. Elle n’avait pas l’intention de lever le pied mais bien de s’ôter la pression qui lui avait tant fait défaut.

Serena Williams, qui court après un vingt quatrième titre du Grand Chelem depuis janvier 2017, est prévenue. Si avant leur entrée sur le Center Court, c’est l’Américaine qui part favorite sur le papier avec ses neuf victoires sur son adversaire en dix confrontations, elle traîne derrière elle deux échecs lors de ses deux dernières finales majeures. Rattrapée par la pression du 24, l’ancienne numéro mondiale n’a pas remporté un set lors de ses deux dernières finales, à Wimbledon (face à Angelique Kerber) et à l‘US Open (face à Naomi Osaka). Et elle est sur le point de connaître le même sort. Conquérante, Simona Halep surclasse l’Américaine, perdue sur un Center Court (26 fautes directes) sur lequel elle a pourtant si souvent brillé par le passé, en cinquante six minutes, 6-2, 6-2. « Le meilleur match de ma vie. » Au bout d’un dernier jeu – blanc – et une balle qui atterri dans le bas du filet, la Roumaine exulte. Elle devient la première Roumaine à remporter le Grand Chelem londonien sous les yeux de Kate Middleton. Mais surtout, elle devient membre du prestigieux All England Lawn Tennis and Croquet Club à vie. Une récompense, qui, confiera-t-elle lors de la cérémonie protocolaire, l’aura motivée tout au long de la quinzaine. « Chill », un titre du Grand Chelem tu remporteras.

Simona Halep tout sourire, lors de la cérémonie protocolaire à Wimbledon (Crédit photo : @CorinneDubreuil / FFT)


Catégories :Non classé, WTA

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :