US Open 2009 : le chef d’oeuvre de Juan Martin

Juan Martin Del Potro au paradis, il est désormais un vainqueur en Grand Chelem ! (Photo : Eurosport)

Un crève-coeur pour les amoureux de tennis que ces blessures émaillant la carrière de Juan Martin Del Potro, joueur attachant à l’immense talent. Il manquera sans doute la tournée américaine, celle où il avait démontré son talent à la planète tennis en 2008, remportant les tournois de Los Angeles et Washington et s’inclinant en quart de finale de l’US Open contre Andy Murray, stoppant sa série d’invincibilité à 23 victoires. Un an plus tard il allait jusqu’au bout, remportant ce qui reste son seul sacre en Grand Chelem. Revivons ce qui reste sans aucun doute le plus grand match de sa carrière, sa victoire en finale de l’US Open 2009 face à Roger Federer.

Lorsqu’il entre sur l’Arthur Ashe Stadium pour défier Roger Federer ce dimanche 13 septembre 2009, la Tour de Tandil sait qu’un énorme défi s’offre à lui, puisque de l’autre côté du filet se trouve un homme qui reste sur cinq sacres consécutifs dans le Grand Chelem américain, un homme qui d’ailleurs a toujours battu l’Argentin en six rencontres. Malgré un début de saison idéal en Nouvelle- Zélande pour Juan Martin Del Potro – titré à Auckland – Federer a balayé l’Argentin en début d’année à Melbourne lors du premier Grand Chelem de la saison – une victoire 6-3 6-0 6-0 – malgré sa sixième place mondiale, l’Argentin avait subi une véritable déculottée ce jour-là… Mais, de cette année 2009, avant l’US Open, on retient un excellent Roland-Garros de l’Argentin, une édition marquée par la défaite retentissante de Rafael Nadal contre Robin Soderling et un Roland-Garros marqué par la victoire finale et le premier – et sans doute dernier – sacre aux Internationaux de France de Roger Federer. Mais avant de battre Robin Soderling en finale, Roger Federer avait souffert en demie contre Del Potro, ‘Helvète s’imposant finalement 3-6 7-6 (5) 2-6 6-1 6-4. Ce jour-là, « la poutre » avait livré une très grande partie, obligeant le maestro à donner le meilleur de lui-même…

Le souvenir de Roland-Garros

Même s’il affronte Roger Federer, le maître des lieux dans la ville qui ne dort jamais, Juan Martin Del Potro a sans doute en mémoire cette demi-finale à Roland-Garros, il peut mettre en danger l’homme aux 15 titres du Grand Chelem, qui vient alors de remporter pour la sixième fois Wimbledon, récupérant « son » trophée perdu l’année précédente contre Rafael Nadal. Un Roger Federer devenu le joueur le plus titré dans les tournois majeurs, et qui était devenu, après sa victoire à Roland-Garros, le sixième homme à remporter les quatre tournois du Grand Chelem après Fred Perry, Donald Budge, Roy Emerson, Rod Laver et Andre Agassi.

Del Potro a réalisé une très belle « mini-tournée » américaine avant d’arriver à Flushing Meadows, décrochant la palme dans la capitale fédérale des Etats-Unis – à Washington – en dominant en finale le récent finaliste malheureux de Wimbledon, Andy Roddick. Il échoué ensuite en finale de la Coupe Rogers – à Montréal – passant tout près du succès contre Andy Murray, 6-7 (4) 7-6 (3) 6-1. L’Argentin a ensuite fait l’impasse sur Cincinnati. Battu par un superbe Jo-Wilfried Tsonga en quart de finale de la Coupe Rogers – 7-6 (5) 1-6 7-6 (3) – Roger Federer a ensuite réalisé un superbe tournoi à Cincinnati, dominant notamment Novak Djokovic puis Andy Murray pour remporter un troisième titre à dans l’Ohio. Le parcours de Roger Federer sur cet US Open 2009 fut assez convaincant, malgré un set concédé à Lleyton Hewitt au troisième tour et un autre à Robin Soderling en quart de finale, un match difficile, mais pas de revanche après Roland-Garros pour le Suédois qui s’incline 6-0 6-3 6-7 (6) 7-6 (6). Mais c’est en demi-finale que Roger Federer s’est sans doute montré le plus convaincant, en sortant Novak Djokovic au terme d’un match équilibré, mais malgré tout remporté en trois sets, 7-6 (3) 7-5 7-5. Parcours tout autant convaincant pour Juan Martin Del Potro, avec un petit incident au troisième tour contre l’Autrichien Daniel Koellerer – où il a lâché une manche – un autre lâché contre Marin Cilic en quart de finale. Le fait d’arme sur ce tournoi pour l’Argentin ? Sa victoire très impressionnante contre Rafael Nadal, certes gêné par une blessure aux abdominaux, mais une victoire 6-2 6-2 6-2 qui marque les esprits et qui lui offre sa première finale dans un tournoi majeur.

La finale ? Un match inoubliable où Roger Federer a d’abord fait facilement la course en tête, remportant la première manche 6 jeux à 3 et servant pour mener deux sets à rien… c’est là que la machine argentine va se lancer, élevant son niveau de jeu au plus haut, comme il le fera ensuite à plusieurs reprises dans sa carrière, devenant à certains moments injouables. Le tournant du match ? Ce coup droit gagnant – confirmé grâce au hawk-eye – à 5-4 30/30 dans le deuxième set, qui lui offre une balle de break, occasion saisie de suite par la Tour de Tandil grâce à un passing gagnant encore réalisé grâce à son immense coup droit, le match est vraiment lancé !

Mais on ne renverse pas aussi « facilement » Roger Federer dans une finale de Grand Chelem, et, malgré un break dans la troisième manche, l’Helvète va revenir, débreakant d’abord et s’offrant la troisième manche sur une double-faute de l’Argentin. Federer est à une manche d’un sixième titre consécutif à New-York ! S’appuyant toujours sur son grand service et son puissant coup droit, Del Potro repousse une balle de break d’entrée de quatrième manche et revient à la hauteur du Suisse grâce à un coup droit monumental (vidéo à 7’23), soulevant la foule du Arthur Ashe Stadium. Une succession de coups droits monstrueux s’abat sur New York et Del Potro use progressivement Roger par sa puissance tonitruante. Prenant le service de son adversaire à 2-2 dans le quatrième set, Del Potro continue son travail de sape avec d’autres points d’exception, dont celui à 8’48, tapant dans les mains des spectateurs derrière ce point d’anthologie.

Federer assommé

Revenu à la hauteur de l’Argentin, Federer joue un jeu décisif, mais ne peut rien faire contre l’Argentin qui s’offre le droit de disputer un cinquième set sur une nouvelle faute en coup droit du Suisse. C’est trop pour Roger, assommé de coups, dépassé par la qualité de frappe de Juan Martin qui fait cavalier seul dans cette cinquième manche, malgré une résistance courageuse, Roger ne reviendra jamais et, à nouveau harcelé par les frappes surpuissantes de son rival, il craque une dernière fois en revers. Juan Martin Del Potro s’impose 3-6 7-6 (5) 4-6 7-6 (4) 6-2.

Les chiffres de la finale 2009 de l’US Open, des chiffres similaires pour les deux hommes, à part sur les balles de break, seulement 5 occasions converties pour Roger Federer sur 22. Statistiques disponibles sur le site de l’ATP.

Don’t cry for me Argentina

Attachant, talentueux, brillant, le jeune Argentin décroche sa première victoire en Grand Chelem, ses larmes au moment où il s’exprime en espagnol à son clan resteront dans les esprits. Cette capacité à élever son niveau dans des moments décisifs le suivra tout au long de sa carrière, et notamment lorsqu’il apportera un premier Saladier d’Argent à l’Argentine en 2016. D’abord en demi-finale, en battant Andy Murray chez lui en Grande-Bretagne, au terme d’une partie remportée au bout d’un ultime cinquième set et une nouvelle fois en finale, où il avait retourné une situation pourtant désespérée, mené deux sets à rien par Marin Cilic, il offrira finalement un cinquième match décisif…

La suite on la connaît, Federico Delbonis renversera facilement la montagne Ivo Karlovic, ce qui fera entrer l’Argentine dans le clan des pays titrés en Coupe Davis. Un titre qui manquait cruellement à cette grande nation du tennis ! Hormis cette victoire en Coupe Davis, la suite de la carrière de Juan Martin Del Potro sera avant tout marquée par sa blessure au poignet gauche, le tenant longtemps écarté des courts.

Après trois opérations, il revient à la compétition en février 2016 à Delray Beach et retrouve somme toute assez vite son meilleur niveau, s’inclinant en finale des Jeux Olympiques de Rio 2016 contre Andy Murray et réalisant une première saison pleine depuis longtemps en 2017. Une blessure au poignet droit qui aura eu comme vertu au moins de lui faire travailler son revers coupé, un coup stratégique, sans oublier que la Tour de Tandil, se sentant de mieux en mieux, frappe ses revers désormais et retrouve une partie de sa puissance de ce côté. Des progrès qui lui ont permis de décrocher son premier Masters 1000 à Indian Wells au terme d’une finale magistrale – sans doute l’un des plus beaux matchs de l’année – contre Roger Federer, une finale remportée 6-4 6-7 (8) 7-6 (2). A Wimbledon, il s’incline en quart de finale contre Rafael Nadal au terme d’un nouveau match épique perdu 5-7 7-6 (7) 6-4 4-6 4-6.

Son parcours à l’US Open 2018 est de nouveau magnifique, qualifié pour les demi-finales dans un tournoi où il n’a perdu qu’un seul – en quart de finale contre John Isner – il « profite » de l’abandon de Rafael Nadal en demi-finale, alors qu’il menait 7-6 (2) 6-2. Mais en finale Novak Djokovic sera trop fort, le Serbe s’impose au terme d’une partie maîtrisée, remportée 6-3 7-6 (4) 6-3. Son début de saison 2019 est marqué par un forfait à l’Open d‘Australie, des résultats ensuite décevants pour le joueur qu’il est (battu en huitième à Roland-Garros par Karen Khachanov) et une nouvelle rechute au Queen’s où une fracture de la rotule lui est diagnostiquée après sa victoire face à Denis Shapovalov.

Une finale restée dans les mémoires et en particulier dans celle de Roger Federer, à la question : « A quel match voudrez-vous un match retour ? », le Suisse a répondu : « Peut-être la finale de l’US Open 2009 contre Juan Martin Del Potro… »



Catégories :ATP, Non classé, Rétrospectives

1 réponse

Rétroliens

  1. US Open 2005 : Roger Federer, souverain absolu ! – Le Journal du Tennis

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :