Iga Swiatek : l’héritière d’Agnieszka Radwanska ?

Iga Swiatek affiche un grand sourire en soulevant le trophée du tournoi junior féminin de Wimbledon. 13 années avant, Agnieszka Radwanska l’avait remporté, imitée deux ans plus tard par sa soeur Ursula. Photo : Getty wia WTA.

Un article rédigé quelques jours avant le début de Roland-Garros 2019, depuis, la Polonaise a tenu une grande partie des espoirs placés en elle en se qualifiant pour son premier huitième de finale aux Internationaux de France, elle a aussi offert une très belle résistance à Naomi Osaka la semaine dernière à Toronto. Un grand espoir du tennis féminin.

17 ans et déjà aux portes des 100 premières mondiales, une barrière qu’elle a déjà franchi cette année, la Polonaise Iga Swiatek (106e mondiale) pourrait un jour incarner la succession à son illustre compatriote Agnieszka Radwanska. Elle a commencé à marcher sur ses traces en remportant Wimbledon junior l’année dernière, réalisant pendant le tournoi un parcours de toute beauté en dominant dès son entrée en lice Whitney Osuigwe, ne perdant ensuite plus une seule manche du tournoi, infligeant un 6-1 6-2 à notre Clara Burel nationale. Iga Swiatek est pourtant une joueuse très à l’aise sur la terre battue, la jeune Polonaise avait étonné à Roland-Garros l’année dernière en s’offrant une demi-finale dans le tableau junior, et remportant le tournoi en double. Iga Swiatek est en effet l’une des juniors les plus prometteuses et arrive sur ce Roland-Garros 2019 pleine de confiance et sera l’une des pépites à suivre du coin de l’oeil.

La question se pose de savoir si elle est l’héritière d’Agnieszka Radwanska. A cette interrogation, elle répondait modestement par la négative, en marge de l’Open d’Australie, où elle s’était qualifiée pour le second tour, après s’être extraite des qualifications :  » Aga (Radwanska) sera toujours la meilleure joueuse polonaise. Je veux dire que j’aurais besoin d’au moins dix ans au haut niveau pour faire mieux parce qu’elle a passé des années au sommet. Le chemin est très long, je n’y pense pas pour être honnête. Elle est un très bon exemple à suivre pour nous. Elle a prouvé que si vous avez du talent et que vous croyez en vous, peu importe qui vous êtes et d’où vous venez, peu importe si votre pays a des wild-cards à vous offrir, vous pouvez devenir l’une des meilleures joueuses au monde.« 

Agnieszka Radwanska a tiré sa révérence en novembre 2018. Sans sacre dans les tournois du Grand Chelem, elle s’est distinguée avec un titre au Masters, 20 titres sur le grand circuit et une place de numéro 2 mondiale en 2012. Une constance et une régularité au top-niveau qui inspire Iga Swiatek. Photo : @Getty via WTA.

Des titres en juniors qui s’inscrivent dans la continuité de très bons résultats, à son tableau de chasse chez la jeune génération la Polonaise a épinglé les noms de Marta Kostyuk, Elena Rybakina et Clara Burel.

Deux semaines de folie

Jouant dès 2016 chez les « grandes », Iga Swiatek décroche son premier titre dans un 10 000$ à Stockholm, suivi d’autres sacres à Bergame, Gyor, Sharm El Sheikh et Pelham, un 25 000$ en avril 2018. Montant progressivement de catégorie chez les grandes, la jeune Polonaise va exploser entre août et septembre 2018 pendant deux semaines incroyables, enchaînant dix victoires de rang à Budapest et Montreux – deux tournois prestigieux sur le circuit secondaire, 60 000$ – s’offrant des « têtes » comme Jana Cepelova, Silvia Soler-Espinosa, Katarina Zavatska et Mariana Duque-Marino, rien que ça…

Iga Swiatek poursuit encore sur sa lancée en ce début d’année 2019, disputant ses premiers matchs dans un tableau final de Grand Chelem à Melbourne après s’être extraite des qualifications, elle sort Ana Bogdan pour son entrée en lice avant de chuter lourdement contre Camila Giorgi. Peu importe pour Iga Swiatek, une nouvelle barrière est tombée. L’autre barrière, c’est sa finale disputée à Lugano sur terre battue, elle est à un petit set de décrocher son premier titre contre Polona Hercog, battue 6-3 3-6 6-3, ce premier titre attendra encore un peu… Cette finale lui offre sa première entrée dans le top 100, à la 88e place, de quoi entrer directement dans le tableau final de Roland-Garros.

Iga Swiatek garde le sourire aux côtés de Polona Hercog, la Polonaise passe à un set d’un premier titre sur le grand circuit à Lugano. Photo : @Corriere del Ticino.

Peu importe pour Iga Swiatek, l’ascension se poursuit à Roland-Garros, où cette fois elle sera directement dans le tableau final, sans passer par les qualifications, sans bénéficier d’une invitation, elle qui ne vient pas d’une grande fédération. Comme une future grande !



Catégories :ITF, Portraits, WTA

1 réponse

Rétroliens

  1. ATP/WTA – Washington : Les choses sérieuses commencent ! – Le Journal du Tennis

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :