ATP – Le renouveau russe

Karen Khachanov, Andrey Rublev et Daniil Medvedev sont les trois étoiles montantes du tennis russe. Marcheront-ils dans les traces de Marat Safin de Ievgueni Kafelnikov ou encore de Nikolay Davydenko, à savoir remporter un Grand Chelem ou un Masters, des titres qui manquent au tennis masculin russe depuis de nombreuses années déjà ? (Photo : Tennis Life).

« En toute logique, cette génération est capable de surpasser les résultats de Kafelnikov ou de Safin » Chamil Tarpichtchev à la revue Kommersant.

Les mots ne viennent pas de n’importe qui, Chamil Tarpichtchev, ancien membre du top 200 mondial dans les années, mais surtout Capitaine de l’équipe de Coupe Davis lors du sacre de 2002 – hélas contre les Français – et de l’équipe de Fed Cup dans la grande période de 2004- 2008 (quatre titres), il est désormais le Président de la Fédération russe de tennis.

Chamil Tarpichtchev, l’homme fort du tennis russe, au côté de Teymuraz Gabashvili, (Photo : ITF).

Si Maria Sharapova et Svetlana Kuznetsova ont maintenu chez les femmes le flambeau du tennis russe, il n’y a pas eu de succession aux départs de Marat Safin puis de Nikolay Davydenko. Le tennis masculin russe semble néanmoins voir le bout du tunnel avec les trois espoirs Daniil Medvedev, Andrey Rublev et Karen Khachanov.

Les trois hommes ne cessent de progresser, et en particulier Daniil Medvedev et Karen Khachanov, désormais membres du top 10 mondial – une première depuis le 11 octobre 2010, date où Nikolay Davydendo et Mikhail Youzhny figuraient parmi le top 10. Une réussite symbolisée la semaine dernière lors de la Coupe Rogers avec les présences en demi-finale – une première dans la catégorie des Masters 1000, anciennement Masters Series – des deux membres désormais du top 10 mondial, c’est Medvedev qui a pris le dessus sur son compatriote, 6-1 7-6 (6).

La rapide progression de Daniil Medvedev

Des progressions très rapides pour les deux hommes, en particulier pour Daniil Medvedev, qui n’était pas membre du top 50 il y a un an, il a depuis remporté le Rakuten Open à Tokyo, son premier ATP 500, et a disputé sa première finale dans un Masters 1000 à Montréal, où il n’a rien pu faire contre « l’ogre » Rafael Nadal. Une progression rapide que le jeune russe explique par un changement de vie, comme il le confiait récemment à l’ATP : « Il y a quelques années, j’ai changé de vie et je me suis pleinement consacré à ce sport. Les résultats l’ont montré, C’est la première étape vers d’autres objectifs, espérons-le.« 

Karen Khachanov, sacré en Masters 1000

Karen Khachanov a lui remporté son premier titre dans un Masters 1000 au Rolex Paris Masters. Celui que Chamil Tarpichtchev considère comme le plus en avance du trio n’a pourtant pas réalisé un très bon début de saison et sa demi-finale à Montréal est son meilleur résultat, mais il s’était tout de même offert deux quarts à Indian Wells – perdu contre Rafael Nadal – et à Roland-Garros, où il s’était incliné contre Dominic Thiem. Un titre en Masters 1000 à Paris où il avait dominé un Novak Djokovic un peu fatigué, le Russe restait tout de même modeste après son sacre parisien : « Marat Safin était mon joueur préféré, mais j’ai besoin de travailler davantage pour aller là où il a été. Je ne suis pas encore n°1, il reste encore un long chemin à parcourir pour réussir ce qu’il a fait. Mais j’espère que ça le sera.« 

Andrey Rublev, à ne pas oublier

Reste Andrey Rublev. Le moins bien classé des trois à la 70e place mondiale actuellement, mais sans doute pas le moins doué. Un classement assez lointain pour lui vis-à-vis de ses deux compatriotes, rappelons qu’il est aussi le plus jeune, âgé de seulement 21 ans, contre 23 pour Medvedev et Khachanov. Le jeune homme fait vraiment parler de lui en 2016, où il sort des qualifications de l’US Open, il s’incline au premier tour contre Kevin Anderson. Une grande précocité pour Rublev, il confirme tous les espoirs placés en lui en 2017 avec un premier titre sur le grand circuit à Umag et réalise à nouveau un grand parcours à Flushing Meadows, il s’incline en quart de finale contre Rafael Nadal après avoir sorti Bedene, Dimitrov, Dzumhur et Goffin. Malheureusement les blessures vont le stopper net ensuite dans sa progression, il retrouve de très bonnes sensations depuis quelques mois, sorti des qualifications à Miami, puis finaliste à Hambourg après avoir notamment dominé Dominic Thiem, il s’est de nouveau qualifié à Cincinnati et s’apprête à défier Roger Federer ce jeudi 15 août. Lui aussi est capable de grandes choses et devrait nous le démontrer sur cette tournée américaine…

Parti brutalement à la retraite en 2009, Marat Safin est le dernier russe vainqueur d’un tournoi du Grand Chelem, c’était à Melbourne en 2005. S’il avait dominé Lleyton Hewitt en finale, sa victoire en demie contre Roger Federer est l’un des plus grands matchs des années 2000. L’ombre du Moscovite est toujours présente sur le tennis russe, mais la nouvelle génération pourrait bien se faire une place au soleil. (Photo : ABC News).


Catégories :ATP, ITF, Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :