US Open 2005 : Roger Federer, souverain absolu !

La poignée de main ferme entre deux légendes du tennis, l’une au crépuscule, l’autre – déjà – au plus haut !

« Roger Federer est le meilleur joueur que j’ai affronté » Andre Agassi.

La longue histoire de Roger Federer est marquée de matchs mythiques et tellement symboliques, comme l’a été sa victoire en finale de l’US Open 2005 contre un certain Andre Agassi. Vainqueur pour la première fois du dernier Grand Chelem de la saison en 2004, Roger Federer décroche une deuxième couronne à New York l’année suivante, le deuxième de ses cinq titres à Flushing Meadows.

« Le Roi est mort, vive le Roi ! »

Il y a des matchs qui symbolisent des transitions de pouvoir, des passages de témoin. Bien sûr, en 2005 Roger Federer domine déjà outrageusement le tennis mondial, avec déjà 5 titres du Grand Chelem à son actif, dont un triplé à Wimbledon, commencé en 2003… Mais lorsqu’il rencontre Andre Agassi en finale de l’US Open, c’est un match qui représente l’affrontement entre deux générations, celle des années 90, incarnée par Le Kid de Las Vegas, Andre Agassi, star mondiale avec ses huit titres en Grand Chelem (4 Open d’Australie, 1 Roland-Garros, 1 Wimbledon et 2 US Open) et rival éternel de Pete Sampras ; et la génération montante emmenée par Federer et ensuite par un Rafael Nadal titré pour la première fois à Roland-Garros cette année et qui a battu Agassi en finale de la Rogers Cup. Une génération qui ne se réduit pas seulement aux deux légendes, mais dont l’on peut citer aussi les noms de Marat Safin, David Nalbandian, Lleyton Hewitt ou Guillermo Coria, entre autres… Le classique de la querelle des anciens et des modernes, et quoi de mieux qu’une finale d’un tournoi du Grand Chelem pour en découdre ?

Roger Federer arrive sur l’US Open auréolé d’une saison magnifique, avec un nouveau titre en Grand Chelem à Wimbledon, ce qui porte son nombre de succès dans les tournois majeurs à 5 avant le début de ce dernier tournoi majeur de la saison. Battu par un grandiose Marat Safin en demi-finale de l’Open d’Australie, il est tout de même le patron cette année-là, Federer a assis sa domination sur le tennis mondial, mais petit problème, il a rencontré un certain Rafael Nadal sur terre battue pour la première fois à Roland-Garros, en demi-finale, et a subi pour la deuxième fois – après Miami 2004 – la loi de celui qui deviendra son plus grand rival. Mais hormis cela, Roger est au sommet et est bel et bien le patron du tennis mondial, avec outre le succès à Wimbledon, la valse des titres, dont un triplé grandiose aux Etats-Unis, Indian Wells-Miami-Cincinnati.

La force du symbole

Mais, au moment de défier Andre Agassi il s’agit tout de même d’un affrontement symbolique contre un joueur plus titré que lui en Grand Chelem, sacré au moins une fois dans les quatre tournois majeurs. Un joueur extrêmement populaire qui compte bien préserver son autorité devant son public ! S’il n’est peut-être plus aussi efficace qu’avant, le Kid de Las Vegas est toujours dans la place, mais a déjà subi trois fois la loi de Roger Federer au cours de l’année… L’Américain s’est tout de même distingué avec un titre à Los Angeles, une finale perdue à la Rogers Cup contre Rafael Nadal et des demi-finales à Dubaï, Miami et Rome… Septième mondial, il est toujours présent au top niveau, mais a de plus en plus de mal à soutenir la comparaison avec la jeune génération.

Pour Agassi, cet US Open ressemble à un véritable parcours du combattant, malgré qu’il n’ait affronté aucun membre du Top 30, il a joué 15 sets en trois matchs sur cette deuxième semaine, devant puiser dans ses ressources pour dominer Xavier Malisse, puis les Américains James Blake et Robby Ginepri. S’en ressentira t-il pendant cette finale ? Un parcours serein pour Roger dans cet US Open, avec des victoires contre Lleyton Hewitt en demie et contre Nalbandian en quart de finale, deux joueurs de sa génération qui souffriront de l’écrasante domination de l’Helvète tout au long de leurs carrières… Mais de ce tournoi, on retient un deuxième tour étincelant contre un Fabrice Santoro de gala, qui, malgré une défaite en trois sets – 7-5 7-5 7-6 (2) – a sans doute livré l’un des plus beaux matchs de sa carrière dans un Stadium Arthur Ashe ébloui par un tennis de toute beauté et des points de génie…

Une finale qui va tenir ses promesses, Andre Agassi jouant crânement sa chance et posant de vrais problèmes au maestro. Après la perte de la première manche 6 jeux à 3, Andre Agassi va totalement renverser la vapeur et, après être revenu à une manche partout, il va aller jusqu’à mener 4-2 dans la troisième manche. Le jeu décisif de ce troisième set, comme souvent, est le tournant de la rencontre. Malgré une amortie extraordinaire du Kid sur le premier point du jeu décisif (vidéo à 21’35), Roger met un coup d’accélérateur décisif pour remporter ce tie-break 7 points à 1 grâce à un ultime revers gagnant en retour. Le plus dur est fait pour l’Helvète, Agassi craquant logiquement dans le quatrième set, fatigué par un tournoi éprouvant pour lui, qui est désormais âgé de 35 ans et qui vient de jouer 15 sets en 3 matchs. Roger Federer s’impose 6-3 2-6 7-6 (1) 6-1 et remporte son sixième titre en Grand Chelem… à seulement 24 ans !

19 aces et aucune double-faute pour Roger Federer. Beaucoup plus d’occasions sur l’ensemble de la partie, l’Helvète s’impose logiquement après avoir accéléré dans le troisième set, au moment où Andre Agassi tentait crânement sa chance, menant 4 jeux à 2.

Une victoire décisive pour Roger Federer qui tourne symboliquement la page de l’ancienne génération en dominant Andre Agassi. Solidement installé sur le trône du tennis mondial, évoluant sans doute au meilleur niveau de sa carrière, les observateurs prennent conscience qu’il est sans doute désormais le plus grand joueur de l’histoire… et ils n’auront pas tort ! Mais déjà en 2005, pointe une toute nouvelle génération qui posera par la suite de gros problèmes au GOAT, une génération emmenée par un certain Rafael Nadal, celui qui obligera Federer à repousser ses limites, une rivalité incroyable qui, à partir de 2006, illuminera la planète tennis ! Andre Agassi terminera sa carrière l’année suivante à New York, dominé par un certain BeckerBenjamin Becker ! Changement de génération.

Roger Federer à son apogée mais à l’aube de lutter avec son plus grand rival, qui le privera pendant plusieurs années d’un titre à Roland-Garros, à New York il est le maître et remportera cinq fois de rang le tournoi entre 2004 et 2008, il est le seul joueur à afficher un tel chiffre. Sa défaite en 2009 contre Juan Martin Del Potro a laissé des regrets…

Vous pouvez revivre la finale 2009 de l’US Open et l’impressionnante victoire de Juan Martin Del Potro sur ce lien : US Open 2009 : le chef d’oeuvre de Juan Martin.

Nous sommes navrés pour les fans d’Andre Agassi, mais nos deux autres rétros le concernant ont comme sujets des défaites du Kid de Las Vegas, vous pouvez tout de même les revivre sur ces liens : US Open 2002 : Pete Samras sort par la très grande porte et Coupe Rogers 2005 : Nadal-Agassi, quand deux générations s’affrontent.

Roger Federer au zénith !

Un match qui a évidemment marqué les deux hommes, à l’image de la citation d’introduction de cette rétrospective, Andre Agassi se montre stupéfait par le talent éblouissant de Federer après la rencontre : « Roger Federer est le meilleur joueur que j’ai affronté, Pete Sampras était un joueur fabuleux, mais je savais quoi faire face à lui. Ce n’est pas le cas contre Federer. » Le Suisse avait lui conscience qu’il évoluait alors à son meilleur niveau : « Il a fait un super match. C’est une légende vivante. Lui est à la fin de sa carrière, moi au sommet de mon art. » Ce que ne savait pas Roger, c’est que l’apogée durerait aussi longtemps !



Catégories :ATP, ITF, Non classé, Rétrospectives

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :