La confirmation et la jeunesse victorieuse au tournoi des Maîtres

Stefanos Tsitsipas : 21 ans et déjà un Maître ! (Photo : @NewYorkTimes)

Cette édition 2019 a été marquée en simple messieurs par une domination des jeunes sur les membres du Big 3. Il y avait trois nouveaux venus parmi les huit joueurs présents : le Russe Medvedev, l’Italien Berretini et le Grec Tsitsipas (premier représentant de son pays).

Ce dernier a gravi les étapes de façon impressionnante en deux ans. Il a réussi à battre déjà tous les meilleurs, est rentré dans le top 10, et a remporté l’an dernier les Next Gen ATP Finals, le « Masters des jeunes ». Dans sa poule, il avait une bonne carte à jouer même si dans ses tournois précédents, il n’avait pas joué son meilleur tennis. Il est arrivé dans ce Masters avec les étoiles pleins les yeux, un rêve de gamin de jouer dans ce tournoi prestigieux qui lui a permis de se libérer et de bien taper la balle. Tout s’est joué lors de son premier match en battant sa bête noire, le russe Medvedev en 2 sets serrés, et ce match lui a donné encore plus de confiance, car après il a dominé l’Allemand et tenant du titre Zverev en 2 sets sec. Avec ses 2 victoires, il était déjà qualifié pour les demi-finales et il pouvait jouer son dernier match de poule sans enjeu contre l’Espagnol Nadal. Il n’a pas réussi à le gagner mais il s’est battu quand même jusqu’au bout en 3 sets. Son jeu et sa confiance était présents pour réaliser l’exploit. Ce qu’il fit lors de sa demi-finale contre le Suisse Roger Federer pourtant sacré déjà 6 fois dans ce tournoi et qui sortait d’un match revanchard contre le serbe Djokovic. Et de plus, Tsitsipas venait de perdre sèchement en demi-finale à Bâle contre ce dernier et rien n’aurait présagé une victoire en 2 sets 6/4 6/3 du grec. Son tennis agressif et percutant a fait très mal au Suisse qui n’a pu jouer son meilleur tennis et il est sorti très frustré de cette partie. Mais tel est ce sport, qu’un autre jour est toujours différent de celui de la veille.

En finale, se présentait face à lui le vainqueur de l’autre poule, l’Autrichien Dominic Thiem.

Et pourtant , celui-ci a eu des joueurs compliqués à battre, les deux plus titrés du Masters à savoir le Suisse Federer et le serbe Djokovic, et il a réussi cet exploit de les battre successivement. Le match entre l’Autrichien et le Serbe fut l’un des plus beaux à regarder, voir le meilleur de l’année. Thiem a joué l’un des plus grands matchs de sa carrière en jouant un tennis ultra agressif, en prenant la balle tôt et collant à sa ligne. Il a effectué aussi beaucoup de montées au filet et en laissant peu de temps au Serbe.

C’était logique qu’on allait le retrouver en finale contre le Grec. Cependant, on ne savait pas trop à quoi s’attendre de l’Autrichien car deux jours avant, il avait contracté un rhume qui l’a fait baisser en intensité. Et finalement pour cette finale, on a pu assister à un match très serré tout le long et avec deux joueurs ne lâchant rien pour gagner ce titre tant convoité. C’est d’abord l’Autrichien qui a eu sa chance en remportant le premier set au tie break. Puis c’est au tour du grec de faire la course en tête dans le second set remporté nettement plus facilement et en faisant le break dès le début de la troisième manche. Tout nous faisait penser qu’il avait pris le match en main , mais c’est sans compter sur le mental d’acier de Thiem qui est revenu en rebreakant à 3/3. Il ne voulait pas abdiquer et a tout lâché. Cette finale était relancée et s’est terminée comme elle a débuté avec deux joueurs au coude à coude par un tie break décisif. Et Tsitsipas l’a emporté sur un léger avantage pour triompher de son premier masters sur le score de 6/7 6/2 7/6 . A 21 ans, il devient l’un des plus jeunes vainqueurs, plein de promesses pour les années à venir et nul doute qu’il sera l’un des prétendants à la victoire finale dans d’autres grands tournois. Il pouvait savourer comme il se doit en chantonnant un petit air plein de fraîcheur qu’il affectionne :« I m so excited, and i just can’t hide it… ».

Quant au vainqueur du tournoi de doubles, ce fut pour la paire Française Herbert/ Mahut leur consécration dans l’un des rares tournois manquants à leur palmarès déjà très riche. Et ce titre a beaucoup compté pour eux deux après une année faite de haut et de bas et des moments difficiles dans leur collaboration, ils ont réussi à mettre tout à plat pour se relancer et être prêt le mieux possible à ce tournoi. Ils avaient fait le plein de confiance en remportant juste avant le tournoi de Bercy, et ils avaient à cœur de changer l’histoire de l’année précédente où ils étaient passés à un point de remporter ce titre. Et durant ce tournoi, ils ont joué tous leurs matchs dans la continuité de leur titre à Paris en dominant tous leurs adversaires. Ils n’ont perdu aucun match et ont réussi une finale ultra dominatrice en l’emportant en 2 sets 6/3 6/ 4 contre la paire Venus/Klaasen . Ils ont pu décrocher un de leur rare tournoi non cochés dans leur carrière. Ils vont poursuivre leurs collaboration en 2020 avec en tête la quête de leur derniers titres manquants.

Emmanuelle Houillon



Catégories :ATP, Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :