La tournée sud-américaine : une terre inexplorée

Le grand huit de Novak Djokovic à Melbourne marque le lancement de la saison tennis 2020. Alors que certains ne quittent plus le dur, d’autres en revanche se lancent à l’assaut du Golden Swing, et ses terres aussi hostiles qu’enivrantes.

Le Golden Swing marque le début de la tournée sur les terres chaudes d’Amérique du Sud. Débutée en 2001, cette tournée tire son nom des performances de Nicolas Massu et Fernando Gonzalez, médaillés olympique. Cette tournée se recentre autour des deux plus grands pays d’Amérique du Sud, l’Argentine et le Brésil, au détriment de pays comme l’Equateur. Cette année, les terriens posent leurs valises à Cordoba puis Buenos Aires, avant l’ATP 500 de Rio, et le revenant, Santiago, absent de la tournée depuis 2014. Au total, 1250 points sont distribués à l’issue des quatre tournois.

ATP 250 de Cordoba
Credits : ATP

La maître mot de ce périple est bien évidemment la terre battue, une surface hostile et dangereuse. Attention à ceux qui s’y frottent, le jeu sur ocre impose une condition physique irréprochable due à une vitesse de jeu beaucoup plus réduite. Une surface qui empêche de se reposer uniquement sur le service. De plus, le rebond élevé empêche de développer un jeu offensif. Les matches sont des « rallyes » du fond du court, des glissades, des contre-pieds, un régal pour les yeux. En Amérique, la terre est humide et lourde, seuls les vrais connaisseurs s’en sortent le mieux.

Cette tournée sud-américaine, j’y pense depuis le milieu de la saison dernière. Ça m’a toujours tenté. C’est l’envie de faire plus de matches sur terre, d’en gagner le plus possible. Assimiler, assimiler… J’ai envie de préparer Roland-Garros de façon différente. On dit toujours qu’il faut jouer le plus possible sur terre battue avant. Pourquoi pas essayer ? Je suis en mode Roland.

Gaël Monfils
Gaël Monfils 2018, à Rio
Credits : France TV Info

Le Français en était revenu exténué… A l’inverse, Pablo Cuevas, Federico Delbonis, Guido Pella, Thiago Monteiro, etc… sont de véritables spécialistes. Une liste où l’on peut y ajouter Juan Ignacio Londero, vainqueur surprise de la première édition de Cordoba, la saison passée. N’ayant jamais fait mieux qu’une 209e place à l’ATP, l’Argentin se présente dans « son » tournoi à l’aube du Golden Swing 2019. Non épargné par le tirage, il rencontre dès le premier tour, Nicolas Jarry, conte qui il s’impose pour engranger sa première victoire sur le circuit ATP. Il continue sa folle semaine en dominant en deux manches l’italien Sonego et son compatriote Cachin. Poussé par ses 3 victoires lui assurant d’intégrer le Top 100, Juan surclasse en demi-finale Federico Delbonis (6-1/6-0). Lancé vers le titre, il prendra le meilleur sur Guido Pella pour terminer de la meilleure des façons, son baptême de l’ATP.

Juan Ignacio Londero
Crédits : ATP

Pour vous mettre en appétit, le Challenger de Punte Del Este, en Uruguay, a sacré Thiago Monteiro. Opposé à Marco Cecchinato, le brésilien a sauvé trois balles de match avant de s’imposer au bout de la nuit, avec un public déchainé. Le Golden Swing débute, première étape : Cordoba !



Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :