On rigole, on rigole mais on voit pas l’fond du bol (n°1)

« On rigole, on rigole mais on voit pas l’fond du bol », c’est la nouvelle chronique du Journal du Tennis, parce qu’on préfère rire de nos défaites et pleurer chaudement de nos victoires.

Cette semaine dans la lose, les Français nous ont mis dans l’embarras… du choix. On a pour coutume de dire que ce qui est pratique avec eux au tennis, c’est qu’on a rarement besoin de suivre un tournoi jusqu’au bout. En deux ou trois jours, l’affaire est généralement pliée.

Cette semaine, les Françaises ont fait encore plus fort ! Dimanche dernier, alors que la finale entre Stefanos Tsitsipas et Félix Auger-Aliassime à Marseille n’avait pas commencée, le parcours de Kristina Mladenovic et Caroline Garcia de la semaine suivante à Doha prenait déjà fin! La première perdait le premier set dans l’incompréhension générale – elle menait 5-1 -, avant de coller une bulle à son adversaire dans le deuxième mais de sombrer dans l’ultime manche ; et la deuxième ne voyait pas la lumière du jour face à une qualifiée. Ensemble dans la victoire et (surtout) dans la défaite n’est ce pas les filles ? Cette semaine à domicile puisque sept d’entre elles ont fait le déplacement à Lyon, les Bleues auront encore à cœur de nous régaler !

Source : Sports365

Invaincu sur le circuit depuis sa défaite en huitièmes de finale à l’Open d’Australie, Gaël Monfils se présentait à Dubaï avec dans sa besogne deux titres consécutifs glanés à Montpellier puis Rotterdam. Autant vous dire qu’on ne l’avait pas dans le viseur direct, sauf que son adversaire potentiel en demi-finale s’appelait Novak Djokovic. Ni une ni deux, le Parisien étrillait ses trois premiers adversaires pour rejoindre le Serbe dans le dernier carré. Le numéro 3 à la Race ne partait pas franchement favori face au numéro un mondial, zéro défaite au compteur en 2020. Et c’est peu dire : Gaël Monfils n’avait jamais battu « la Nole » en seize affrontements, le premier en 2005, le dernier en janvier, et ne lui avait pris que huit sets. Alors on se dit, la dix septième est inévitable. Oui, mais non, mais… oui en fait. La dix septième du nom, le Français est allé nous la chercher dans la douleur! Dominateur, c’était pourtant super mal parti. Mais heureusement pour « la Monfe » que mener 6-2, 3-1 ne suffit pas face à Novak Djokovic! Tout comme se procurer trois balles de match à 6-3 dans le tie-break du deuxième set ne permet pas de boucler son match. C’est dommage, j’attendais déjà le mail de mon père « Roland c’est pour lui cette année! » si Gaël Monfils l’avait fait…

Source : Sport24


Catégories :Le fond du bol, Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :